Introspection

Notre quotidien s’accompagne de routine et de faits divers prévus ou inattendus qui génèrent en nous divers sentiments de contentement ou d’inconfort. La neutralité d’un ressenti se rapporte plutôt à la satisfaction qu’à la frustration ou au mécontentement. D’un autre côté la moindre contrariété aura tendance à nous poursuivre si nous ne la considérons pas ou bien tendra à disparaître si nous sommes conscients de l’inconfort qu’elle provoque et que nous agissons pour régler la situation. Forts de cette prise de conscience nous pouvons anticiper les difficultés éventuelles en les prévoyant à l’avance.

Prenons l’exemple d’un projet à mettre en œuvre. Imaginons que l’envie, la détermination et la préparation du projet soient présentes et entamées. Il reste de fortes chances pour qu’à un moment ou un autre, un obstacle se présente. Si tout ce que nous désirons réaliser se concrétisait sans jamais aucunes embûches, nous pourrions tous nous engager à poursuivre nos buts sans aucunes craintes.
Certes la réussite parvient mieux à certains qu’à d’autres, mais nous sommes tous logés à la même enseigne lorsque nous voulons démarrer un projet : Partir de rien, le point A où rien n’est encore accompli, pour arriver au point B, notre destination. Les moyens, les ressources les capacités sont inégales d’une personne à l’autre, mais quelque soit la longueur et la difficulté du chemin, rien n’aboutira pour personne d’un simple claquement de doigts.

N’importe quel fait banal vécu durant nos journées est une cause produisant un effet. Exemple : Le réveil est enclenché à 7h30. Pour X raisons, il ne sonne pas. La personne en retard se presse, renverse son verre, oublie d’adresser un bonjour à la première personne qu’elle croise, bougonne, et partage sa mauvaise humeur autour d’elle.
La situation en soi n’est pas dramatique. Mais les enjeux qu’elle génère peuvent l’être. Cette cause va déclencher des sentiments chez la personne en retard, elle est affectée dans ses valeurs ou ses croyances : Ponctualité. Culte de la zénitude. Perfectionnisme… Des sentiments dévalorisants peuvent alors être ressentis : « Je suis faillible. Je ne sais pas m’y prendre. Je ne suis bon à rien. Je suis pourtant génial d’habitude, il n’y a qu’à moi que cela arrive ». Tout cela peut alors créer de la colère, de la frustration, du défaitisme, de la tristesse.

« Il existe une chose que vous pouvez faire sans l’aide de personne, s’observer. Personne ne peut vous aider dans cette discipline » (Anthony de Mello) 


En s’observant durant quelques journées, il sera facile de reconnaître des modes de fonctionnement personnels récurrents. De relever des habitudes bien ancrées auxquelles on ne veut pas déroger. Nous pouvons prendre note de ce que nous vivons de nos réactions et des émotions vécues.
Cela nous permettra lors de nos engagements d’anticiper nos réactions et d’éviter de suivre des axes qui ne nous correspondent pas. Ou alors, nous pourrons les évaluer à l’avance, les envisager et prévoir à l’avance comment nous pourrons réagir.


Nous souhaitons vivre le plus sereinement possible et ne pas nous retrouver dans des situations complexes. Nous avons des buts mais nous craignons de faire face à des difficultés qu’il peut nous sembler impossible à résoudre. Nous voulons réussir, bien gérer notre vie, être dans l’aisance financière, avoir une vie équilibrée mais nous pourrions abandonner nos beaux projets ou les remettre à plus tard pour ne pas faire face à des mini-échecs possibles. Mais à ce compte, renoncer à un vrai rêve, un projet qui peut se réaliser, c’est déjà être dans l’échec.
La peur de ne pas réussir, de manquer, de ne pas plaire, de ne pas être juste, cette peur du « ne pas » survient toujours, quelle que soit la raison, la force avec laquelle elle apparait, son origine et la manière que nous avons de nous y confronter.


En étudiant plus intensément, plus consciencieusement nos états émotionnels, nos valeurs, nos capacités, nos attentes et nos comportements par une simple observation consciencieuse sur une durée limitée, nous pouvons nous préparer à savoir réagir en fonction de la situation donnée. Nous nous permettons d’envisager les obstacles qui semblent difficilement surmontables, nous gagnerons en audace et en assurance.

Célina D pour musicoach

Entrepreneurs : Des raisons primordiales de bien se connaître avant de créer votre entreprise. https://business.lesechos.fr/outils-et-services/entrepreneurs/le-createur-d-entreprise-se-connaitre-et-s-entourer-213236.php

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *