Dialogues, communication

Il est fréquent qu’une conversation ouvre à des divergences d’opinions et de réactions. Au mieux, les avis bien que différents au départ trouvent un point d’entente et aboutissent à un consensus. Au pire, chacun garde son avis  et ne tente pas coûte que coûte de convaincre l’autre de la légitimité de son point de vue. 

Il arrive aussi que nous nous trouvions face à un interlocuteur qui à chaque nouvelle discussion imposera son idée, justifiera son positionnement, ou cherchera à avoir la primeur de la clôture du débat. D’autres aussi ne peuvent éviter de ramener tout sujet débattu par rapport à leur propre personne. En cette occurrence, nous pourrions avoir tendance à réagir alors de la même manière, à entrer dans un dialogue ping-pong sans fin.

Adopter une attitude impassible ne serait-ce pas plus judicieux ? Il ne s’agit pas de comprendre ou affirmer qui est dans le juste, qui se trompe, qui a raison. Il ne s’agit pas de toujours devoir tout justifier,  tout argumenter, de prouver de façon consciente ou inconsciente que nous existons. Il ne s’agit pas non plus de ne pas accorder d’importance à son interlocuteur. 

Il s’agit d’adopter une attitude permettant de ne pas donner prise à une situation qui s’avère au fil du temps énergivore. Dans un dialogue de « sourds », chacun se mire dans l’autre. En adoptant la même attitude de répartie immédiate, les interlocuteurs respectifs voient chez l’autre leur propre reflet : Si l’un des deux choisit de ne pas ou plus donner prise après avoir donné son point de vue, simplement et sans emballement, il supprime l’effet miroir.

Celui qui sans cesse éprouve le besoin de se mettre en avant, d’expliquer, de justifier, tente d’avoir raison, veut avoir le dernier mot, finira par ne plus se reconnaître dans l’autre. Par défaut de répercussion similaire, Il percevra une différence. 

Pix Faye Cornish

Cela peut prendre du temps mais ce processus produit toujours son effet. Ainsi, soit la prise de conscience aura lieu et la personne en besoin de rétorquer s’apaisera et pourra à son tour apprécier de ne pas chercher obligatoirement à se mettre en avant, soit elle cherchera à retrouver son reflet auprès d’une autre personne. Mais elle cessera d’insister auprès d’un interlocuteur qui reste dans l’écoute mais se montre impassible. Ne pas chercher à tout justifier dénote la capacité à lâcher-prise,  la confiance en soi, la détermination et le fait de bien se connaître. 

« L’impassibilité t’ouvre à des horizons plus grands, telle l’eau de la source chemine jusqu’aux océans »

Nos comportements emprunts de détachement et sagesse seront bien plus des modèles à suivre que de longs discours. Nous avons beaucoup à faire pour nous-mêmes. Pour nous connaître, pour nous améliorer, pour nous comprendre. En restant simples et confiants face à l’adversité, nous gagnerons en sérénité en en pouvoir sur nous-mêmes. Et nous aurons plus de probabilités d’être entendus compris et respectés. 

Célina D pour Musicoach

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *